APPEL GRATUIT
phone01 84 80 37 31
Simulez toutes vos aides en 2 min.

Tout savoir sur le chômage en France en 2024

Article rédigé par La Rédaction le 18 janvier 2024 - 15 minutes de lecture

Le chômage est une composante indéniable de la société française. Cependant, derrière ce grand « marronnier », on a parfois du mal à saisir le phénomène. Mes Allocs vous explique tout sur le chômage en France en 2024.

Un budget à réduire ?
Contactez gratuitement un conseiller pour réduire vos factures d’électricité / gaz / Internet / assurances.

01 86 26 77 05

Horaires : 8h - 19h30 (lun - ven) et 9h30 - 18h30 (sam). Service partenaire Selectra.
Simulez toutes vos Aides en 2 min.
Simulation gratuite

Si vous êtes inscrit chez Pôle Emploi c’est généralement suite à un licenciement ou bien une rupture conventionnelle, vous devenez donc demandeur d’emploi. Ainsi, tous les demandeur d’emploi doivent faire une déclaration mensuelle dans leur espace personnel poleemploi.fr afin de mettre à jour votre situation personnelle, professionnelle.

Lors de cette actualisation, vous devrez communiquer certaines informations, à savoir : 

  • votre numéro d’identifiant,
  • votre code personnel sur www.pole emploi.fr.

Pour que les modifications soient prises en compte, n’oubliez pas d’enregistrer vos modifications.

La réforme du chômage en 2023

À compter du 1er février 2023, la durée d’indemnisation des chômeurs diminue de 25 % (décret 27 janvier 2023). En effet, le gouvernement a instauré une nouvelle règle : il module désormais la durée d’indemnisation d’assurance chômage en fonction du marché du travail (contrairement à la loi du 1er juillet 2021). Ce principe s’appelle la “contracyclicité”. Les conséquences de ce principe peuvent être bonnes ou mauvaises selon la situation :

  • Le taux de chômage est inférieur à 9% ou n’augmente pas de 0,8 point pendant 3 mois : bonne nouvelle ! la durée d’indemnisation des demandeurs d’emploi diminue de 25%. Cela veut dire que si vous avez cotisé pendant 2 ans, vous verrez vos droits réduire à 18 mois.
  • Le taux de chômage est supérieur à 9% ou augmente de 0,8 point pendant 3 mois  : mauvaise nouvelle, la durée d’indemnisation stagne à 2 ans. Ce qui veut dire que les demandeurs d’emploi peuvent bénéficier de leurs droits d’indemnisation à hauteur de 25% seulement.

Aussi, la loi du 21 décembre 2022 supprime l’accès à l’allocation chômage dans les cas suivants :

  • Vous avez fait un abandon de poste sans motif légitime
  • Vous refusez un contrat à durée déterminée (CDD) si vous êtes salarié en contrat court (intérimaire, CDD).

Exemple : vous êtes en CDD et vous refusez pour la deuxième fois un contrat à durée indéterminée (CDI) proposé par votre employeur pendant l’année 2023. Pôle emploi est donc en droit de vous radier et de supprimer vos allocations chômage.

Chômage : définition

Le chômage est la « situation d’une personne, d’une entreprise, d’un secteur entier de l’activité économique caractérisée par le manque de travail » (TLFi). Les causes d’absence d’emploi sont nombreuses : entrée dans la vie active, licenciement, démission volontaire ou réorientation professionnelle .

Il existe de nombreuses formes de chômage :

  • Le chômage naturel : c’est le temps de battement quasi-systématique entre le début de la recherche d’emploi et le fait d’en obtenir un. 
  • Le chômage conjoncturel : c’est le chômage qui résulte d’un ralentissement de l’activité économique d’un pays, provoquant ainsi un surplus de main d’œuvre. Les entreprises licencient alors pour adapter leur capacité de production à la baisse de l’activité économique.
  • Mais aussi le chômage structurel : il est lié aux changements de structures économiques d’un pays, qui résultent d’une inadéquation qualitative entre l’offre et la demande. Une partie de la population est ainsi inemployable, n’étant pas qualifiée pour la demande.
  • Le chômage technique : le chômage dû à l’impossibilité d’autres acteurs économiques de fournir le nécessaire à une entreprise afin qu’elle poursuive son activité.
  • Le chômage partiel : il est provoqué par une baisse d’activité anormale d’une entreprise qui résulte en la diminution des heures de travail.
  • Et le chômage saisonnier : il concerne certaines branches professionnelles dont l’activité varie sensiblement selon les périodes de l’année.

En France, le chômage est mesuré par deux institutions différentes :

  • Le ministère du travail qui établit mensuellement les chiffres du chômage,
  • L’Insee (institut national de la statistique et des études économiques)

 

L’allocation d’aide de retour à l’emploi (ARE)

Êtes-vous concerné ?        

Pour percevoir l’Allocation chômage d’aide au retour à l’emploi (ARE), et ainsi avoir droit au chômage, vous devez être privé involontairement d’un emploi. La raison de la cessation de votre contrat doit être une des suivantes :

  • Licenciement pour motif personnel ou économique, ou d’une révocation (sanction disciplinaire dans la fonction publique)
  • Rupture conventionnelle (rupture dans le cadre d’un CDI, qui peut être initiée par l’employé comme par l’employeur)
  • Non-renouvellement de votre CDD (Contrat à Durée Déterminée)
  • Démission légitime (par exemple pour suivre la personne avec qui vous vivez et qui a été mutée).

Vous devez être âgé de moins de 64 ans (âge minimum légal de départ à la retraite). Et vous ne devez pas avoir cumulé suffisamment de trimestres travaillés pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein. Vous êtes âgé de plus de 64 ans, mais que vous n’avez pas atteint votre nombre de trimestres requis pour une retraite à taux plein ? L’ARE pourra vous être accordée jusqu’à l’obtention d’une retraite à taux plein. 

Vous devez également résider sur le territoire français et être physiquement apte à exercer un emploi.

Simulez toutes vos aides en 2 min.
Simulation gratuite

Conditions à remplir en 2024

Pour percevoir l’ARE, vous devez tout d’abord être inscrit comme demandeur d’emploi au Pôle Emploi, ou accomplir une formation dans votre projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE). Vous devez créer un espace personnel sur Pôle emploi. Mes Allocs vous accompagne pour toutes ces démarches si vous manquez de temps ou d’énergie.

Le 22 juin dernier, avec la crise sanitaire, le juge des référés a suspendu l’application de ces nouvelles règles de calcul de l’allocation chômage qui devaient entrer en vigueur au 1er juillet 2021. Ces règles sont donc prêtes à être appliquées à compter du 1er juillet 2023. Ce sont les suivantes : 

  • Vous devez justifier d’une période minimale de travail de 182 jours – dite durée d’affiliation (soit 6 mois d’indemnisation environ)
  • Votre durée d’indemnisation peut être complétée en cours de formation à condition de suivre une formation d’au moins 6 mois et inscrite dans le projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE) élaboré avec votre conseiller
  • Votre durée d’indemnisation peut être complétée en cas de dégradation de l’emploi et du marché du travail

Exemple : vous pouvez également recevoir ce complément de vos droits si vous avez déménagé et que vous résidez en Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy, Saint-Martin à la fin de vos droits. 

Aussi, les périodes où votre contrat de travail était suspendu (maladie professionnelle, congé maternité,…) sont prises en compte comme des journées d’affiliation au même titre qu’un jour travaillé. En revanche, les périodes de suspension de contrat de travail au cours desquelles vous avez exercé une activité professionnelle non salariée ne sont pas prises en compte, à l’exception de :

  • Congé pour création d’entreprise
  • Congé sabbatique 
  • Mobilité volontaire sécurisée (travailler dans une autre entreprise avec la possibilité de revenir exercer dans l’entreprise d’origine)

Que se passe-t-il en cas de perte d’activité ?

En cas de perte d’activité, vous bénéficiez de la reprise de vos droits initiaux jusqu’à leur épuisement. Cette possibilité n’est valable que si vous avez repris une activité professionnelle alors que vous n’aviez pas épuisé vos droits.

Exemple : s’il vous restait une période de deux mois d’ARE quand vous aviez retrouvé un CDD, et que celui-ci ne se renouvelle pas, vous pouvez bénéficier de ces deux mois d’ARE à compter du jour où vous ne travaillez plus.

Attention : vous ne bénéficierez pas de droits rechargeables si vous êtes un ancien bénéficiaire d’un contrat d’apprentissage et que vous étiez indemnisé par Pôle emploi au titre de ce contrat. 

Si au jour de l’épuisement de vos droits, vous avez travaillé au moins 182 heures (continues ou discontinues), vous bénéficierez de nouveaux droits assortis d’une nouvelle durée d’indemnisation.

Vous avez un crédit immobilier en cours ou vous êtes en recherche de bien  ? Ne faites pas l’impasse sur l’ assurance chômage. Cette garantie vous permet d’accuser le coup en cas de perte de revenus due à un licenciement. Découvrez tous les avantages de l’assurance perte emploi qui vous soutient lors des aléas de la vie.

Le droit d’option

Vous pouvez bénéficier d’un droit d’option entre vos anciens et nouveaux droits. Ce-dernier vous permet de choisir l’allocation qui résulte de la dernière période d’activité sans attendre l’épuisement des allocations non utilisées d’un droit au chômage précédent. En d’autres termes, vous passez directement à l’allocation qui découle de votre période de travail la plus récente. Pour pouvoir bénéficier de ce droit d’option, vous devez remplir les conditions suivantes :

  • Avoir retravaillé au moins 6 mois sur la période qui précède votre retour à l’ARE
  • Votre allocation journalière ne doit pas dépasser 20€, ou vous bénéficiez d’une allocation journalière supérieure d’au moins 30% de celle du reliquat

Ce choix est définitif, sans retour en arrière possible. Heureusement, si le choix vous revient, nous pouvons vous accompagner pour la partie administrative.

Calcul du chômage – montant de l’ARE en 2024

L’allocation assurance chômage est calculée à partir de votre salaire perçu pendant la période de référence déterminée par Pôle emploi. Le montant de l’ allocation chômage est constitué de deux composantes, une fixe et une variable. 

Dans le détail, vous bénéficiez en 2023 :

  • D’une partie fixe égale à 12,95 € + 40,40% du salaire journalier de référence (SJR)
  • D’une partie variable, qui s’élève à 57% de votre salaire journalier de référence (calculé ainsi : salaire de référence brut / (nombres de jour travaillé * 1,4) ).

Exemple : vous devez multiplier le montant de votre ARE journalière par 31 pour l’allocation du mois de mars, par 30 pour l’allocation du mois d’avril.

Simulez toutes vos aides en 2 min.
Simulation gratuite

Attention ! Cette somme ne sera ni inférieure à 57%, ni supérieure à 75% du salaire journalier de référence. Votre montant sera donc bonifié ou diminué si besoin, afin de rentrer dans ces critères. 2 exceptions :

  • la réduction de 30% n’est pleinement appliquée qu’aux demandeurs d’emploi dont l’allocation journalière est supérieure à 120,96 € (soit un salaire journalier de référence inférieur ou égal à 212,21 €, soit environ 6450 € bruts par mois).
  • aucune réduction n’est appliquée aux demandeurs d’emploi dont l’allocation journalière est inférieure ou égale à 87,65€ (soit un salaire journalier de référence inférieur ou égal à 149,42 €, soit environ 4545 € bruts par mois)

Vous pouvez utiliser notre simulateur pour une estimation précise de votre montant d’ARE mensuel.

En 2023, le montant minimal de l’ARE est de 31,59€. Pour les demandeurs d’emploi qui suivent une formation, il est fixé à 22,61€.

A noter : le système de bonus malus est applicable du 1er septembre 2022 au 31 août 2023.

Prélèvement de la CSG

Votre montant d’ARE est également prélevé pour la Contribution Sociale Généralisée (CSG) et à la Contribution de Remboursement de la Dette Sociale (CRDS).

Toutefois, lorsque le montant de votre ARE est inférieur au SMIC journalier ou si le prélèvement de la CSG et de la CRDS contribue à diminuer le montant net de l’ARE en dessous du SMIC journalier, il y a exonération ou écrêtement. 

Combien de temps vais-je percevoir l’ARE ?

Votre durée de perception de l’Allocation d’Aide de Retour à l’Emploi (ARE) dépend de votre durée d’affiliation lors des 24 ou 28 derniers mois.

La durée d’indemnisation affectée du coefficient de 0,75 ne peut pas dépasser en 2023 :

  • 18 mois, soit 548 jours calendaires, pour tous ceux qui ont moins de 53 ans
  • 22,5 mois, soit 685 jours calendaires, pour ceux qui ont 53 ou 54 ans
  • 27 mois, soit 822 jours calendaires, pour les 55 ans ou plus.

Vous ne percevrez cependant pas immédiatement l’ARE : un délai de 7 jours (délai de carence) est appliqué à votre premier versement. Ce délai est supprimé s’il a été déjà appliqué dans les 12 mois précédents. 

Le différé d’indemnisation

Un différé d’indemnisation est prévu si votre dernier employeur vous a versé une indemnité compensatrice de congés payés lors de votre départ. Ce-dernier est calculé en divisant le montant de cette indemnité compensatrice par votre salaire journalier de référence. Le résultat obtenu donne le nombre de jours de différé. Si le résultat obtenu n’est pas un nombre entier, il est arrondi au nombre entier supérieur.

Exemple : si vous avez perçu une indemnité compensatrice de congés payés de 430 €, et que votre salaire journalier de référence est fixé à 100 €, le calcul est le suivant : 430/100 = 4,3 , ce qui implique donc 5 jours de différé d’indemnisation.

Si vous percevez des indemnités de rupture de contrat en plus des indemnités d’origine légales de fin de contrat, un différé spécifique d’indemnisation s’applique à ces sommes. Il est applicable notamment aux sommes suivantes :

  • La part d’indemnité conventionnelle de licenciement ou celle de rupture de contrat qui dépasse le montant d’indemnité légal dans ces situations
  • L’indemnité supplémentaire de licenciement (dite supralégale)
  • L’indemnité liée aux clauses de non concurrence à la fin d’un contrat.

Pour calculer ce différé, il faut diviser la somme obtenue par 91,4 . Le nombre obtenu, une fois ramené à l’entier supérieur, correspond au nombre de jour de différé d’indemnisation.

Exemple : si vous avez perçu une indemnité de 20 000 € dans le cadre de la clause de non concurrence de votre contrat, votre différé spécifique d’indemnisation s’élève à 219 jours, calculé de la sorte : 20 000 / 91,4 = 218,81 ➝ 219 jours (arrondi à l’entier supérieur). À ces 219 jours s’ajoutent les 7 jours de délai de carence, et vous ne percevrez votre indemnisation qu’à partir du 227e jour après la fin de votre contrat.

Pour plus d’information, consultez notre article sur le calcul du chômage.

Demande et versement de l’ARE 

L’ARE vous et versée mensuellement, et son montant équivaut à votre montant journalier multiplié par le nombre de jours calendaires du mois. Si vous travailliez dans le secteur privé, c’est Pôle Emploi qui vous verse cette allocation. Si vous étiez agent public, c’est l’administration en question qui s’occupe du versement de l’ARE. Pour demander l’ARE, faites-vous aider par notre équipe

Cumul avec des revenus d’activité

Vous pouvez cumuler des revenus d’activité avec l’allocation d’Aide au Retour à l’Emploi (ARE), qui ne vous sera cependant pas versée dans sa totalité. Le montant de l’ARE versé correspond au montant de l’ARE journalière multiplié par le nombre de jours indemnisables par mois au titre de l’ARE. 

Si vous effectuez une activité salariée, mais que vous déclarez être encore en recherche d’emploi, vos jours indemnisables par mois se calculent ainsi : 

(montant de l’ARE mensuelle – 70% * salaire brut de votre nouvelle activité) / montant de l’ARE journalière. La somme est arrondie à l’entier le plus proche.

Exemple : Si vous retrouvez une activité salariée pour laquelle vous percevez 500 € par mois, et que vous touchiez une ARE mensuelle de 1 400 € (soit une somme journalière de 46, 67 €), vous ne pourrez percevoir cette somme journalière que 23 jours :( 1 400 – 70% * 500 ) / 46,67 = 22,49 ➝ 23 jours. Vous percevrez donc 46,67 * 23 = 1 073,41 € d’ARE mensuelle.

Si vous effectuez une activité non salariée, sur le même principe, vos jours indemnisables se calculent ainsi :

( montant de l’ARE mensuelle – 70% * rémunérations déclarées au titre des assurances sociales ) / montant de l’ARE journalière. La somme est arrondie à l’entier le plus proche.

Simulez toutes vos aides en 2 min.
Simulation gratuite

Fin de droits

Vous ne pouvez plus percevoir l’ARE si vous vous trouvez dans une de ces situations suivantes :

  • Vous reprenez une activité professionnelle salariée ou non, en France ou à l’étranger, et vous n’êtes pas autorisé au cumul de vos revenus d’activité avec l’ARE,
  • Ou vous percevez l’aide à la reprise ou création d’entreprise,
  • Ou vous touchez des indemnités journalières de la Sécurité sociale,
  • Vous bénéficiez de la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE) ou de l’allocation journalière de présence parentale,
  • Vous avez conclu un contrat de service civique,
  • Ou vous remplissez les conditions pour bénéficier d’une retraite à taux plein ou atteint l’âge légal de départ en retraite (62 ans pour le secteur privé),
  • Vous ne résidez plus sur le territoire français,
  • Vous avez effectué une déclaration inexacte ou mensongère ayant eu pour effet d’entraîner le versement injustifié d’allocations,
  • Ou encore vous êtes privé de l’ARE par le préfet.

Vous pourrez cependant percevoir, si vous y êtes éligible, l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS).

Si vous n’y êtes toutefois pas éligible pour une autre raison que vos ressources (exemple: vous n’avez pas épuisé toute votre ARE)  vous pouvez demander une aide à la hauteur de 27 fois le montant de la partie fixe de l’ARE. 


Notre équipe rédactionnelle est constamment à la recherche des dernieres actualités, mises à jours et réformes au sujet des aides financières en France.
Voir notre ligne éditoriale ici.

Autres questions fréquentes
La Rédaction
Chaque jour, Mes Allocs, le 1er expert en aides financières 100% en ligne publie des guides pour vous orienter sur les aides financières.


Vos questions
  • Jean christophe Coquis gentils

    Bonjour je viens de recevoir une demande de remboursement pour un trop perçu par pôle emploi pour 941 euros datant de 4ans et demi. N y a t il pas prescription Comment faire ?

    • Gabrielle Duchemin

      Bonjour,
      Le délai de prescription est de 3 ans à compter du versement de l’allocation. Toutefois, ce délai est prolongé jusqu’à 10 ans si le versement de ce trop-perçu provient d’une fraude ou de fausse déclaration de votre part.
      Dans votre cas, si les sommes perçues proviennent d’une fraude ou d’une fausse déclaration, Pole Emploi est en droit de réclamer un remboursement. Autrement, le délai de prescription est dépassé.
      N’hésitez pas à souscrire à notre service d’accompagnement administratif pour bénéficier de l’aide d’un expert pour toutes vos démarches.

  • evelyne bruyere

    Bonjour
    J ai 60 ans,je risque d être licencié bientôt.
    Je suis à temps plein depuis 15 mois,et avant j étais à mi-temps depuis 2016.je voudrais savoir comment sera calculer mes indemnités, et pendant combien de temps je toucherait le chômage
    Merci pour votre réponse

    • Gabrielle Duchemin

      Bonjour,
      Pour prétendre à l’ARE, vous devez avoir travaillé au moins 6 mois (soit 130 jours ou 910 heures) dans les 36 derniers mois à la date de fin de votre contrat de travail.
      Vos indemnités seront calculées grâce à votre salaire de référence (total des rémunérations du ou des contrats de travail dans la période de référence) divisé par le nombre de jours correspondant à la durée de votre indemnisation, ce qui va donner un salaire journalier de référence. Vous toucherez ainsi, soit 57 % de votre SJR, soit 40,4 % de votre SJR + une partie fixe de 12,47 €. La solution la plus avantageuse est retenue.
      La durée d’indemnisation peut varier entre 182 jours calendaires et 1 095 jours calendaires maximum.
      N’hésitez pas à utiliser notre simulateur gratuit pour déterminer si vous pouvez prétendre à des aides, ou à souscrire à notre service d’accompagnement administratif pour bénéficier de l’aide d’un expert pour toutes vos démarches.

  • Sylla Arlette

    Bonjour j’ai commencé à travailler depuis le mois de janvier et maintenant mon contrat finis en octobre esque je pourrais toucher le chômage ? Et pendant combien de temps?………

    • Gabrielle Duchemin

      Bonjour,
      Pour bénéficier de l’ARE (allocation chômage), vous devez avoir travaillé au moins 6 mois durant les 24 derniers mois si vous avez moins de 53 ans ou 36 mois si vous avez plus de 53 ans.
      La durée d’indemnisation est calculée en fonction de votre âge. Si vous avez moins de 53 ans vous serez indemnisé sur 730 jours maximum, sur 913 jours maximum si vous avez 53 ou 54 ans et sur 1 095 jours maximum à partir de 55 ans. La période de référence affiliation (24 ou 36 mois selon votre âge) est la période au sein de laquelle sont décomptés les jours calendaires d’affiliation déterminant la durée d’indemnisation.
      Je vous conseille d’effectuer une simulation gratuite afin de déterminer quels sont vos droits à l’ARE.
      N’hésitez pas à souscrire à notre service d’accompagnement administratif pour bénéficier de l’aide d’un expert pour toutes vos démarches.

  • Fatoş Kocak

    Bonjour
    Je vous explique j’ai signer un CDD de un ans mais entre temps je suis tombé enceinte alors jetait en arrêt maladie et après en congé maternité alors ma question est la suivante en état en arrêt et en congé maternité est ce que les heures s’accumulent pour une ouverture de droit au chômage merci pour votre reponse

    • Gabrielle Duchemin

      Bonjour,
      Lors de la suspension de votre contrat de travail, vous accumulez tout de mêmes des journées d’affiliation à raison d’une journée d’affiliation par jour de suspension. Si vous avez reçu des rémunérations réduites en cours de contrat suite à votre congé maternité, ces sommes peuvent être majorées par Pôle emploi pour le calcul de votre allocation, dans votre intérêt.
      N’hésitez pas à utiliser notre simulateur gratuit pour déterminer si vous pouvez prétendre à des aides, ou à souscrire à notre service d’accompagnement administratif pour bénéficier de l’aide d’un expert pour toutes vos démarches, y compris l’ARE.

  • Anna Matsenko

    Bonjour , j’ai eu un emplois de saisonnier cet été en tant que réfugié UKraine. Et j’aurai cumulé 810 heures de travail à la fin du CDD le 14/9/22. Ai-je droit au chomage et quelle duré svp ? Merci

    • Gabrielle Duchemin

      Bonjour,
      Pour bénéficier de l’ARE, vous devez avoir travaillé au moins 6 mois (soit 130 jours ou 910 heures) dans les 24 derniers mois à la date de fin de votre contrat de travail. Dans votre cas, il semble que vous n’ayez pas cumulé assez d’heures de travail.
      En tant que réfugié, vous devez présenter un titre de séjour ou un récépissé de demande avec la mention “reconnus réfugiés”.
      N’hésitez pas à utiliser notre simulateur gratuit pour déterminer si vous pouvez prétendre à des aides, ou à souscrire à notre service d’accompagnement administratif pour bénéficier de l’aide d’un expert pour toutes vos démarches.


Consultez nos autres guides récents
Quelle est la différence entre l'AIJ et le CEJ ?
Contrat d'Engagement Jeune
Quelles différences entre Contrat Engagement Jeune et Garantie Jeune ?
Contrat d'Engagement Jeune
Quels sont les ateliers proposés dans le cadre du CEJ ?
Contrat d'Engagement Jeune
Le contrat engagement jeune (CEJ) est-il imposable ?
Contrat d'Engagement Jeune
Peut-on cumuler le Contrat d'Engagement Jeune (CEJ) et le Service Civique ?
Contrat d'Engagement Jeune
La demande du Contrat d’Engagement Jeune (CEJ) à Tours
Contrat d'Engagement Jeune
La demande du Contrat d’Engagement Jeune (CEJ) à Strasbourg
Contrat d'Engagement Jeune
La demande du Contrat d’Engagement Jeune (CEJ) à Sevran
Contrat d'Engagement Jeune
Quelles sont les aides disponibles pour l’isolation de votre garage ?
Aide isolation

Explorez d’autres thématiques
Tout savoir sur le divorce
Divorce
Qu'est-ce que la retraite ?
Ticket restaurant 2024 : conditions, montants, utilisations
ticket restaurant
Ameli : aides, démarches, fonctionnement
Ameli
Smic 2024 : montant mensuel et horaire, net et brut
Aide alimentaire 2024 : aides, montants, démarches
aide alimentaire
Assurance animaux : comment ça marche ?
Assurance animaux
Tout savoir sur l'assurance auto en 2024
assurance auto
Tout savoir sur l'assurance santé en 2023
assurance santé
Demandeur d’emploi, découvrez toutes vos aidesSimuler mes aides